Le blues des experts (épisode 2).

Imaginons maintenant qu’au-delà de votre expertise en recrutement, vous déteniez un certain nombre de compétences transverses et d’outils vous permettant de vous positionner sur les potentiels latents de création de valeur.

Autrement dit de traiter une à une les différentes raisons pour lesquelles le besoin de compétences ne fait l’objet d’aucune demande de la part du dirigeant.

Reprenons ces différentes raisons, une par une.

  • Il n’a pas conscience de la possibilité d’améliorer ses performances.

Pour l’aider à la faire émerger, il vous faudrait des outils de diagnostic permettant de les identifier et des outils complémentaires pour construire des plans d’action en vue de les exploiter.

  • Il ne sait pas vraiment définir la nature des compétences dont il a besoin.

Ça tombe bien parce que ça, c’est votre métier, le cœur de votre expertise et vous ne demandez pas mieux que de la mettre à sa disposition.

Ce qui serait d’autant plus facile pour vous que vous auriez auparavant défini la mission du collaborateur à recruter.

  • Il pense que ça va lui coûter cher alors qu’il ne sait pas très bien ce que ça va lui rapporter et ne peut donc déterminer le bénéfice qu’il en retirerait.

Pour le faire à sa place, il vous faudrait quelques outils permettant de quantifier les retombées des plans d’action définis au point 1.

  • Qu’il a d’autres préoccupations plus urgentes et qu’il n’a vraiment pas le temps de se pencher sur la question dans l’immédiat.

Là aussi, votre intervention peut permettre de résoudre le problème.

1- Parce que vous avez tous les éléments en main pour faire le travail sans que le dirigeant ait à s’y impliquer.

Vous pouvez même tirer parti de cette indisponibilité en proposant une prestation complémentaire d’accompagnement de l’intégration du collaborateur. En démontrant, si possible, que cette accélération de la prise en main du problème par le collaborateur va permettre d’en optimiser les retombées. Et qu’elle est donc rentable.

2- Parce que, dès lors que le dirigeant est convaincu que le recrutement est source d’une importante création de valeur pour lui, il va subitement changer d’attitude et mettre cette opération au premier rang de ses priorités.

3- Parce que, dans bien des cas, vous aurez pu démontrer que, outre la valeur monétaire créée par ce recrutement, cela allait permettre au dirigeant de se décharger de tâches qui lui prennent du temps et qu’il n’est pas capable d’optimiser.

CQFD.

Oui, mais me direz-vous, ça c’est si je détenais les compétences et les outils ad hoc.

Mais ce n’est pas le cas.  Je ne suis qu’un spécialiste des RH et du recrutement.

Et oui et c’est tout votre problème !

Mais ce n’est pas un problème insurmontable et la solution que je vous propose a de tels avantages que vous vous en voudrez probablement de ne pas l’avoir connue plus tôt.

On en parle dans le troisième épisode.

 

 

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *